Elle est Con­go­laise. Et elle vit pour un idéal, celui d’ex­plor­er toutes les voies sus­cep­ti­bles de ren­dre pos­si­ble et effec­tif la pro­mo­tion de l’é­d­u­ca­tion et l’au­tonomi­sa­tion de la femme en général, ain­si que la jeune fille en par­ti­c­uli­er. Afin de réalis­er cette vision du monde, qui est la sienne, Joséphine Bawawana a créé et mit en mou­ve­ment le Col­lec­tif Bomoyi en couleur, dont elle est d’ailleurs Coordinatrice.

@Josephine Bawawana

Dans une inter­view exclu­sive avec Goladies Mag­a­zine, cette pas­sion­née de la lec­ture, de la cul­ture et de la musique a annon­cé la tenue prochaine d’une con­férence-débat en date du 11 mars 2022.

Elle sera notam­ment inscrite dans le cadre de la journée inter­na­tionale des droits des femmes, autour du thème « 62 ans après l’indépendance, quid de la par­tic­i­pa­tion de la femme dans la société Con­go­laise ? ».

Prévue au Musée Nation­al de Kin­shasa, cette con­férence-débat vise à créer un cadre de ren­con­tre, de partage d’ex­péri­ences entre les dif­férentes inter­venantes et l’assemblée.

Ensuite, de per­me­t­tre aux autres femmes de béné­fici­er des exter­nal­ités pos­i­tives des femmes lead­ers. Et enfin, de s’as­sign­er la tâche de pro­mou­voir l’élite féminine.

Retrou­vez ci-dessous l’in­té­gral­ité de son inter­view exclu­sive avec Sarah Bopi­ma, Fon­da­trice de GOLADIES Magazine. 

Sarah Bopi­ma: Qui est Joséphine Bawawana ? 

Josephine Bawanana: Alors, Joséphine Bawawana est la Coor­di­na­trice du Col­lec­tif Bomoyi en couleur, qui est une asso­ci­a­tion à but non lucratif. J’évolue dans le secteur pub­lic. Je suis chré­ti­enne, pas­sion­née de lec­ture, de cul­ture et de musique. 

SB:Quel est votre par­cours sco­laire académique ?

JB: J’ai suivi un cur­sus sco­laire nor­mal. J’ai obtenu mon diplôme d’É­tat en sec­tion com­mer­ciale et admin­is­tra­tive en étant major de ma pro­mo­tion. Je me suis ensuite tourné vers les sci­ences économiques à l’U­ni­ver­sité. De mon pas­sage à l’U­ni­ver­sité Catholique du Con­go,  j’ai obtenu un diplôme de licence en Finances, Ban­ques et Assurances. 

A la suite de ce cur­sus, j’ai fait plusieurs for­ma­tions se rap­por­tant à mon domaine d’é­tude, mais aus­si par rap­port au lead­er­ship féminin (avec l’am­bas­sade de Suède).  Je suis aus­si mem­bre de l’as­so­ci­a­tion Wise Women

Je pense qu’il faudrait encour­ager les femmes à sor­tir de leurs zones de con­fort afin de saisir les oppor­tu­nités qui s’of­frent à elles.

SB: Quels sont les objec­tifs du Col­lec­tif Bomoyi en couleur ? 

JB:- Venir en aide aux enfants malades, dému­nis en leur appor­tant une aide matérielle et financière ;

- Pro­mou­voir l’éducation et l’autonomisation de la femme en général, et de la jeune fille en particulier. 

SB: Quelles sont les activ­ités prévues par l’association en 2022 ?

JB: Nous avons pro­gram­mé plusieurs activ­ités pour cette année, mais je par­lerai de deux activ­ités : la pre­mière est prévue pour ce mois, et la sec­onde pour le mois de mars.

En févri­er : nous fer­ons une descente à l’or­phe­li­nat ORPER, situé à Kim­ban­gu dans la com­mune de Kala­mu, pour une ren­con­tre avec les orphe­lins puis nous leur remet­trons des mate­las ain­si que des oreillers.

En mars : la tenue d’une con­férence-débat pour la journée inter­na­tionale des droits des femmes autour du thème « 62 ans après l’indépendance, quid de la par­tic­i­pa­tion de la femme dans la société Con­go­laise ? » qui se tien­dra le 11 mars au Musée Nation­al de Kinshasa.

SB: Par­lez-nous briève­ment de l’activité de Mars.

JB: L’ac­tiv­ité de mars est une con­férence débat qui se tien­dra au musée nation­al. Nous allons échang­er autour du thème énon­cé ci-haut et essay­er de mesur­er le degré de par­tic­i­pa­tion et la place de la femme au sein de notre société.

Nous visons 3 objectifs :

- Créer un cadre de ren­con­tre, de partage d’ex­péri­ences entre les dif­férentes inter­venantes et l’assemblée ;

- Per­me­t­tre aux autres femmes de béné­fici­er des exter­nal­ités pos­i­tives des femmes leaders ;

- S’as­sign­er la tâche de pro­mou­voir l’élite féminine.

SB:Quels con­seils don­ner­iez-vous aux jeunes femmes ?

JB: — Pren­dre au sérieux leurs études (for­ma­tions) ;

- Pour­suiv­re un appren­tis­sage de manière per­pétuelle. Lire le plus sou­vent pos­si­ble pour que le choix porté sur la femme soit basé sur les com­pé­tences, et non pour des raisons arithmétiques ;

In fine, je pense qu’il faudrait encour­ager les femmes à sor­tir de leurs zones de con­fort afin de saisir les oppor­tu­nités qui s’of­frent à elles.

Je crois en ce que cha­cune de nous peut accomplir.

DEO

No Comments Yet

Comments are closed