Nous avons pris con­tact avec Joelle Ntela pour en dress­er son por­tait. Le por­tait d’une jeune femme qui se lance dans ce qu’elle aime, l’écriture. 

Go Ladies Mag­a­zine : Qui est Joelle Ntela ?

Joelle Ntela : Bon­jour. Je suis une jeune écrivaine, rédac­trice du blog « Quand la plume nous emporte » sur lequel je partage régulière­ment des expéri­ences de vie et les leçons que j’en ai tirées. Je sers Dieu dans mon église. Je suis pas­sion­née d’écriture, de lec­ture et de pâtis­serie. J’aime dis­cuter avec les gens, être à leur écoute et les aider du mieux que je peux.

GLM : Votre amour pour l’écriture. Quand a t’il commencé ?

JN : À l’âge de 13 ans, j’ai com­mencé à écrire dans un jour­nal intime. J’aimais beau­coup lire à cette époque, mais j’aimais surtout écrire. Tout est par­ti de là, j’écrivais unique­ment pour moi-même. Mais en 2015, alors que j’avais 17 ans, j’ai arrêté d’écrire pour moi-même, mes écrits étaient à présent des­tinés aux autres. Je crois que votre don devient une béné­dic­tion lorsque vous arrêtez de le met­tre à votre pro­pre dis­po­si­tion, et que vous décidez de le met­tre à la dis­po­si­tion des autres, à leur prof­it, et c’est là que vous pou­vez réelle­ment avoir de l’impact.

GLM : Qu’est-ce qui vous inspire le plus pour la rédac­tion de vos textes ? 

“Dieu est ma prin­ci­pale source d’inspiration”

JN : J’ai vécu plusieurs sit­u­a­tions, plusieurs épreuves depuis que j’ai fait sa ren­con­tre et je m’inspire d’elles. Ces sit­u­a­tions, ces épreuves qui, autres fois étaient douloureuses à sur­mon­ter, font à présent ma force.

GLM : A quel moment l’écriture devient une thérapie ?

JN : Quand je réalise que les gens sont bénis au tra­vers des expéri­ences que j’ai vécu, je réalise qu’elles en valaient la peine. L’ancienne douleur ressen­tie est rem­placée par la sat­is­fac­tion de bénir des vies. L’écriture devient une thérapie lorsqu’après une longue journée qui s’est mal déroulée, je prends mon télé­phone ou mon ordi­na­teur et je me mets à écrire. Je racon­te la journée et tire des enseigne­ments de ce qui s’est passé. Je réalise alors que je peux tir­er des leçons pos­i­tives d’une  mau­vaise journée, que tout n’est tou­jours pas « mau­vais », tout n’est pas « per­du d’avance ». Alors, je note ces enseigne­ments pre­mière­ment pour moi-même, et ils me for­ti­fient. Les arti­cles que j’écris com­men­cent d’abord par me touch­er moi-même, me trans­former avant de trans­former les autres.

GLM : Quel est l’auteur qui vous fascine le plus? Dites-nous pourquoi ?

JN : Heather LINDSEY, cette femme m’impressionne énor­mé­ment. Elle a plusieurs cas­quettes et il m’est facile de  m’identifier à elle. Elle est Pas­teur, femme de Pas­teur, Écrivaine, Direc­trice d’une mai­son d’édition, Blogueuse, Coach pour les femmes, et elle tient des con­férences pour aider les femmes à entr­er dans leurs des­tinées. Et je me retrou­ve par­faite­ment dans ces cas­quettes. Je vous con­seille de lire son livre « Dusty Crowns: Elim­i­nat­ing the Dis­trac­tions and Becom­ing the Woman God Called You to be.»

GLM : En tant que femme, il y a t’il des thé­ma­tiques spé­ci­fiques qui vous tien­nent à cœur ? Lesquelles ?

JN : Com­mu­ni­quer ma pas­sion pour la lec­ture aux femmes à tra­vers plusieurs con­férences et ren­con­tres. Aus­si, je voudrais vrai­ment que se lève une généra­tion de femmes par­faite­ment con­scientes de leur iden­tité, qui accom­plis­sent leur appel tout en étant épanouies à tous les niveaux. Pour y arriv­er, je pense qu’il faut com­mencer dès le bas âge, c’est la rai­son pour laque­lle j’ai à cœur d’investir auprès des jeunes filles âgées de 13 à 18 ans, une tranche d’âge sou­vent oubliée. Je pars du principe que si la vie d’adolescente a été une réus­site, la vie d’adulte a de fortes de chances de l’être également.

GLM : Vous avez récem­ment sor­ti une nou­velle Key­la : L’histoire d’une vie . D’où avez-vous tiré cette his­toire ? Pou­vez-vous nous en par­ler brièvement ?

Jn : Cette his­toire est assez atyp­ique et me sur­pren­dra tou­jours. Je l’ai écrite en deux semaines et c’est vrai­ment le fruit de mon imag­i­na­tion. Tout a com­mencé par un matin assez par­ti­c­uli­er où je devais aller très tôt le matin à l’université, mais mal­heureuse­ment elle n’avait pas encore ouvert ses portes. Je m’étais alors ren­due dans un café, et là, l’inspiration était telle­ment pro­fonde, telle­ment présente que je m’étais mise à écrire, encore et encore. Ce qui ne représen­tait pas grand-chose à mes yeux, et qui ne fai­sait pas par­tie de mes plans est finale­ment devenu un livre. Je voulais avant tout que les lecteurs s’identifient à une jeune femme comme eux et appren­nent de leur erreurs.

GLM : Com­ment faire pour se pro­cur­er le livre ?

JN : Vous pou­vez télécharg­er le livre gra­tu­ite­ment sur le blog «Quandlaplumenousemporte.fr » 

GLM : A quand votre prochain livre ?

JN : Très prochaine­ment par la grâce de Dieu. Nous abor­derons une thé­ma­tique dif­férente de la précé­dente mais qui en vaut la peine.

GLM : Joëlle dans 5 ans?

Par la grâce de Dieu, j’ar­rêterai sûre­ment  le blog pour me con­cen­tr­er sur un pro­jet d’une plus grande envergure.

- J’aurais pub­lié plusieurs livres.

- J’aurais dévelop­pé le volet asso­ci­atif du blog et je serais allée à la ren­con­tre de plusieurs per­son­nes (des jeunes prin­ci­pale­ment) pour leur par­ler de Dieu, de mon expéri­ence et leur com­mu­ni­quer le goût de la lec­ture. Je con­sid­ère que la lec­ture per­met de béné­fici­er d’une sorte de cap­i­tal cul­turel qui est d’une grande importance.

Je serais diplômée d’un Mas­ter et sans doute en train de faire un doctorat.

GLM : Avez-vous un con­seil à don­ner à toutes les per­son­nes qui nous lisent au quotidien ?

“Vous n’êtes pas trop jeunes…”

JN :Si je devais don­ner un con­seil aux jeunes femmes qui liront cet arti­cle, je dirais : Croyez en Dieu, con­sacrez-lui toute votre jeunesse et vous ver­rez ce qu’il est capa­ble d’en faire. Vous n’êtes pas trop jeunes pour servir Dieu, vous n’êtes pas trop jeunes pour être un mod­èle, vous n’êtes pas trop jeunes pour écrire un livre, vous n’êtes pas trop jeunes pour créer une entre­prise, vous n’êtes pas trop jeunes pour accom­plir vos rêves. Vous êtes juste des jeunes femmes avec un grand Dieu et qui accom­pliront des exploits avec lui.

Alors croyez en vous et en vos rêves !

DEO

No Comments Yet

Comments are closed