Un échange authen­tique  et inspi­rant avec Char­lotte –Elsa Nsongo,photographe paysagiste.Une pas­sion qu’elle chérit depuis sa ten­dre enfance dont elle ne sait plus se défaire. Fémin­iste et  étu­di­ante en marketing,la jeune charel­sa nous dévoile tout!

GLM : Votre his­toire avec la photographie ?

Char­lotte Elsa  :  A la base, durant de mon enfance ꓽ les pho­tos et moi ça fai­sait deux. Puis lorsque j’ai eu à acquérir mon pre­mier portable, j’ai com­mencé à dévelop­per ma pas­sion pour la pho­togra­phie en devenant une Pic­ture addict. Ensuite, voulant sor­tir de ma rou­tine des pho­tos sim­ples ꓽ j’ai com­mencé à pren­dre des pho­tos où mon vis­age n’apparaissait pas mais où appa­rais­sait sou­vent ma main mais avec une com­po­si­tion assez tra­vail­lée qui cap­ti­vait plus d’un ; ce qui me val­ut le surnom par mes amis de ꓽ l’art du visuel.

Mais ce surnom me dis­ait juste que je pre­nais de belles pho­tos pas que je pou­vais pro­fes­sion­nalis­er ce tal­ent. Et un jour, j’ai été abor­dée par un cinéaste qui voulait me pay­er un droit d’auteur pour l’utilisation d’une de mes pho­tos comme pho­to de cou­ver­ture pour l’affiche de son doc­u­men­taire. Cette oppor­tu­nité que je n’avais pas pu saisir pour cer­taines raisons à l’époque ꓽ a été le déclencheur, mon eurê­ka de ma voie con­crète dans la pho­togra­phie comme activ­ité pro­fes­sion­nelle à long terme. Et c’est ain­si que j’ai décidé de me lancer dans la pho­togra­phie paysag­iste, en tant qu’amateur pour le moment et comme pro­fes­sion­nelle à long terme.

GLM : Il y a‑t-il des femmes qui vous inspirent dans ce domaine ?

C.E : A la base je l’avoue, j’ai beau­coup plus été inspirée par des fig­ures mas­cu­lines dont le fameux Jor­di koalitic mais aus­si Mack wan­tashi et Her­man Kam­bala au Con­go. Mais récem­ment, j’ai eu à décou­vrir Antalya qui est une pho­tographe avec un style atyp­ique mais aus­si Raïs­sa rkar.

Ce sont deux femmes pho­tographes dont j’aime beau­coup le travail.

« La pho­togra­phie paysag­iste trans­met le calme, la sérénité, l’évasion que le paysage ou la vue pro­cure ». Char­lotte Elsa 

GLM : Quels sont vos chal­lenges en tant que femme photographe ?

C.E : Je n’ai qu’un seul chal­lenge pour le moment pas en tant que pho­tographe mais en tant que femme pho­tographe ꓽ celui de faire la pro­mo­tion du méti­er de pho­tographe que de nom­breuses femmes tal­entueuses en la matière hési­tent d’embrasser, cela, à cause des dif­férents stéréo­types exis­tants. Encour­ager les femmes à faire le méti­er qui les pas­sionne sans s’attarder sur les bar­rières. Il me porte à cœur de bris­er ce qui donne aux femmes la pho­bie d’exercer ce méti­er en fait.

GLM : Vos pho­togra­phies sont plus axées sur la nature. Pourquoi ?

C.E : La nature, pour moi, a cette touche divine qui trans­met une sérénité et apaise l’être humain. Dans ce monde où tout le monde court der­rière le temps avec un stress notoire, je pense qu’on a besoin de plus en plus de sérénité. Comme ça fait plaisir de revoir la pho­to d’un évène­ment impor­tant puisqu’elle nous fait revivre la joie de ce moment-là ; la pho­togra­phie paysag­iste trans­met le calme, la sérénité, l’évasion que le paysage ou la vue pro­cure. Ayant moi-même fait l’expérience et étant fascinée par la sym­biose que la nature représente, j’ai décidé de faire d’en faire mon thème de prédilection.

GLM : Si vous n’étiez pas pho­tographe, vous seriez ?

C.E : Du moment où je ne suis pas pho­tographe, je suis mar­ke­teuse mon autre pas­sion. Admi­ra­trice par­ti­c­ulière de la nature d’ailleurs, je dirai mar­ke­teuse spé­cial­isée en tourisme. Peu importe ce que je fais, être en con­tact fréquent avec la nature serait un  « must » .

 « J’ai tou­jours rêvé de pho­togra­phi­er le Nyi­ragon­go, ce vol­can me cap­tive actuelle­ment et je pense que tant que je ne l’aurai pas pho­tographié ꓽ il restera mon lieu de rêve à absol­u­ment pren­dre en pho­to ». Char­lotte Elsa

GLM : Char­lotte dans 5 ans ?

C.E : Dans 5 ans, je me vois entrain de mon­tr­er au monde le revers de cette mau­vaise image du Con­go que les médias ne cessent de nous mon­tr­er. Ceci en étant une pho­tographe paysag­iste pro­fes­sion­nelle val­orisant à l’échelle inter­na­tionale ꓽ notre pays, par des images par­lant de celui-ci et de sur­croit une mar­ke­teuse ayant pour ori­en­ta­tion le Tourisme.

DEO

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.