Implantée à Kinshasa depuis trois ans bientôt, Josepha Cosmetics figure parmi les salons de beauté les plus fréquentées de la capitale. Crée par trois jeunes sœurs dont Josepha Mutund  l’une  des co-fondatrices, son histoire avec le  cosmétique date de bien longtemps. Depuis son enfance, elle aimait tout ce qui a trait à l’esthétique : « Depuis mon jeune âge, j’étais passionnée par l’esthétique. Je m’intéressais et touchais à tout ce qui avait trait à la beauté .Je maquillais, je faisais de la manucure  et je coiffais  toutes mes sœurs, ma mère et mes copines   » affirme-t-elle. Découvrez  le parcours d’une jeune femme congolaise qui a su transformer sa passion d’enfance  en entreprise.

 
 
 
 
GLM : Par­lez-nous de vous ?
Josepha Mutund : J’ai 25 ans , je suis con­go­laise , née en Afrique du Sud et grandit en Côte d’Ivoire  .Diplômée en man­age­ment d’en­tre­pris­es ‚Je pour­su­is égale­ment des études en Mar­ket­ing et Info­gra­phie par cor­re­spon­dance. Je suis pas­sion­née par tout ce qui a trait à l’art  et surtout à l’esthétique, l’ar­chi­tec­ture d’in­térieure et l’art culi­naire. Je suis très créa­tive, j’ai de nou­velles idées tous les jours .Je crée des pro­jets presque tout le temps que je compte réalis­er progressivement.
 
 
GLM : Vous êtes la co- fon­da­trice de Josepha Cos­met­ics, une mai­son de beauté à kin­shasa. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer ?
 
 
Josepha Mutund : Je suis la co-fon­da­trice et direc­trice général des opéra­tions de Josepha cos­met­ics .Je tra­vaille avec mes deux grandes sœurs Manuel­la et Déb­o­rah Mutund , deux femmes élo­quentes avec qui je partage la même pas­sion. C’est une entre­prise familiale.
Ce qui nous a poussé à créer Josepha Cos­met­ics, c’est tout sim­ple­ment  notre pas­sion pour la beauté et ce besoin de créer un insti­tut de beauté aux normes inter­na­tionales avec des prix abor­d­ables basée à Kinshasa .
 
 
 

 

ça toujours été un rêve et un plaisir de sublimer les autres. Josepha Mutund

 
 
 
 
GLM :Votre his­toire avec le comestic ?
 
Josepha Mutund : Depuis mon jeune âge, j’é­tais pas­sion­née par l’esthé­tique. Je m’in­téres­sais et touchais à tout ce qui avait trait à la beauté .Je maquil­lais, je fai­sais de la manu­cure  et je coif­fais  toutes mes sœurs, ma mère et mes copines  .ça tjrs été un rêve et un plaisir de sub­limer les autres .
 
GLM : Le make up est l’une de vos spé­cial­ités. Pensez-vous  que le maquil­lage est indis­pens­able à la femme ?
 
Josepha Mutund : Le Make indis­pens­able à la femme ?
Non je pense pas ‚ce n’est qu’une touche sub­li­ma­trice .Toutes les femmes sont belles tant qu’elles pren­nent soin d’elles .Le maquil­lage ne fait que nous embellir .
 
GLM : Votre plus grande réussite ?
 
Josepha Mutund : Josepha cos­met­ics est ma plus grande réus­site  ‚un petit pro­jet de famille  aujour­d’hui recon­nu à l’in­ter­na­tion­al comme l’un des meilleurs salons de beauté de Kin­shasa, ça fait chaud au cœur d’en­ten­dre ça ‚de se présen­ter quelque part et recevoir des encour­age­ments de part et d’autre ‚pour moi c’est une belle réus­site ‚une entre­prise qui vient de naître et qui compte aller très loin .
 
 

Nous avons tendance   à nous limiter et à ne pas voir assez grand alors que  c’est dans nos peurs que résident les plus grandes opportunités. Josepha Mutund

 
 
 
 
GLM : Votre plus grand échec ? Com­ment avez-vous fait pour vous relever ?
 
Josepha Mutund : — Mon plus grand échec était de ne pas pou­voir pu obtenir une bourse  afin d’aller aux États Unis pour­suiv­re mes études .Pour me relever ‚je me suis accrochée à mon tra­vail (Josepha comet­ics ). Je voulais être la meilleure dans tout ce que j’entreprenais et les encour­age­ments que je rece­vais me redonnaient espoir. Je me suis sen­tie val­orisée et du coup j’é­tais con­tente d’être restée à Kin­shasa et j’ai com­pris que  Dieu avait un meilleur plan pour moi .
 
GLM : Josepha Cos­met­ics, bien­tôt trois ans d’existence. Josepha costemics dans 10 ans ?
Josepha Mutund : Depuis la nais­sance de Josepha cos­met­ics jusqu’à main­tenant, les choses n’ont pas été faciles .A l’âge de 22 ans, j’avais 10 employés qui avaient la plu­part 10 ans de plus que moi .Une clien­tèle assez dif­férente du pays où j’ai gran­di .Mais aujour­d’hui je suis heureuse du par­cours que j’ai eu ‚j’ai gag­né en matu­rité et beau­coup appris en terme d’ex­péri­ence. J’ai eu à for­mer des gens et appren­dre des autres, aujourd’hui j’ai plus qu’une équipe, une famille avec laque­lle je mène ce com­bat quo­ti­di­en .Ils s’améliorent de Jour en jour et croient en moi, nous nous soutenons mutuellement.
 
 
GLM : Vous êtes jeune et votre busi­ness évolue bien. Qu’est-ce qui vous per­met de garder le cap ?
 
Josepha Mutund : Mer­ci ‚je tiens d’abord à dire mer­ci à Dieu et  à toute la clien­tèle qui nous sou­tient depuis le début. Les cri­tiques et les sug­ges­tions   que nous avons reçues autre­fois , nous ont per­mis de nous amélior­er et d’atteindre le  niveau que nous avons aujour­d’hui .Le com­bat est quo­ti­di­en, la con­cur­rence aug­mente chaque jour mais  nous main­tenons la qual­ité de nos ser­vices  et la clientèle .
 

 

Toutes les femmes sont belles tant qu’elles prennent soin d’elles .Le maquillage ne fait que nous embellir. Josepha Mutund

 
 
 
GLM :Selon vous, qu’est-ce qui empêche aux jeunes femmes con­go­lais­es de se lancer dans la réal­i­sa­tion de leurs rêves ?
 
Josepha Mutund : La peur de l’inconnu, le manque de con­fi­ance en soit, la con­stance et aus­si le manque de visions. Nous avons ten­dances   à nous lim­iter et à ne pas voir assez grand alors que c’est dans nos peurs que rési­dent les plus grandes opportunités.
 
 
 
 

Josepha cosmetics est ma plus grande réussite, un petit projet de famille  aujourd’hui reconnu à l’international comme l’un des meilleurs salons de beauté de  Kinshasa. ça fait chaud au cœur. Josepha Mutund

 
 
 
 
 
GLM : Un mot à toutes les femmes qui sont accro au Make-up ?
 
Josepha Mutund : J’en­cour­age toutes les femmes qui sont accro aux make up à pren­dre soin de leur peaux autant qu’elles se maquil­lent. La beauté d’une femme réside d’abord dans l’en­tre­tien de sa peau.
 
copy­right © Go Ladies Mag­a­zine  juil­let 2018

DEO

No Comments Yet

Comments are closed