Entreprendre,un verbe qui se conjugue de différentes manières,car chaque jeune femme se lance dans le domaine qui lui passionne le plus pour être un modèle,pour préserver  son avenir mais aussi pour être une “Productive Woman”. Très jeune, Judith Bondo a appris les abc de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui ‚elle entreprend dans la vente d’accessoires pour femme et homme mais bien plus ‚elle se veut être un modèle.

 
 
 
 
GLM : Qui est Judith Bondo ?
 
Judith Bon­do : Judith Bon­do est final­iste en  deux­ième cycle en droit économique et social à l’u­ni­ver­sité protes­tante au Con­go. Je suis une femme forte capa­ble de relever plusieurs défis, je suis aus­si sen­si­ble par nature .J’ai pu tran­scen­der les dif­fi­cultés de la vie et affron­ter la réal­ité en dépit de tout. Je suis tra­vailleuse et très objective.
 
 
 
 

 

 Une femme épanouie ou accomplie est celle qui ose,celle qui comprend que ce n’est plus le moment d’avoir peur mais celui  de changer sa vie là où elle se trouve et avec ce qu’elle a; c’est celle qui n’assiste pas à sa vie mais qui la vit pleinement en ne laissant personne avoir l’autorité sur son avenir.  Judith Bondo

 
 
GLM : Par­lez nous de Judith’s Home. Que faites-vous exactement ?
Judith Bon­do : Judith’s Home est une bou­tique en ligne dans la quelle je pro­pose dif­férents pro­duits de mar­que en République Démoc­ra­tique du Congo.
 
 

 

 Mon but en tant qu’entrepreneure et productive woman est de résoudre les problèmes qui se posent dans mon environnement et d’amener les autres à prendre conscience de leurs potentialités en les motivant à travailler dans le domaine de leurs passions afin d’émerger dans leurs différents secteurs d’activités et rendre ainsi leurs rêves une réalité.  Judith Bondo

 
 
 
GLM : Est-ce que le fait d’avoir un mod­èle de réus­site vous a per­mit de vous lancer facile­ment dans l’entrepreneuriat ?
 
Judith Bon­do : Oui car en obser­vant ce mod­èle de réus­site, j’ai dévelop­pé une cer­taine atti­tude, celle de tou­jours vouloir faire mieux et être excel­lente. Cette atti­tude me poussera plus tard à devenir indépen­dante et plus dévelop­pé dans mes pen­sées et actes.
 
 
GLM : Votre slo­gan per­son­nel est Pro­du­tive woman. Que comptez-vous faire pour aider les jeunes filles à devenir de plus en plus pro­duc­tive dans leurs  dif­férents domaines de travail ?
 
Judith Bon­do : Mon but en tant qu’en­tre­pre­neure et pro­duc­tive woman est de résoudre les prob­lèmes qui se posent dans mon envi­ron­nement et d’amen­er les autres à pren­dre con­science de leurs poten­tial­ités en les moti­vant à tra­vailler dans le domaine de leurs pas­sions afin d’émerg­er dans leurs dif­férents secteurs d’ac­tiv­ités et ren­dre ain­si leurs rêves une  réal­ité. La ques­tion d’ori­en­ta­tion par rap­port à nos capac­ités et pas­sions est un épineux prob­lème dans notre société, je compte égale­ment instau­r­er un sens du tra­vail bien fait pour que chaque femme devi­enne une grande inspi­ra­tion dans un envi­ron­nement en dévelop­pant en nous un bon leadership.
 
 
 
 
 
 

Accéder à la bou­tique en cli­quant sur ce lien  :https://goo.gl/2AvDKc
 
GLM : Com­ment définis­sez-vous une Femme Accom­plie ? Pensez-vous l’être ?
 
Judith Bon­do : Une femme épanouie ou accom­plie est celle qui ose, com­prend que ce n’est plus le moment d’avoir peur mais c’est le moment de chang­er sa vie de là où elle est et avec ce qu’elle a; c’est celle qui n’as­siste pas à sa vie mais qui la vit pleine­ment en ne lais­sant per­son­ne avoir l’au­torité sur son avenir. Je pense être dans le proces­sus de mon épanouisse­ment  parce que j’ai été enseigné par l’é­cole de la vie, en arrivant à appren­dre de mes erreurs et à me relever après chaque chute.Il m’a fal­lu sor­tir de ma zone de con­fort pour arriv­er à ce stade de ma vie qui m’a per­mis de ne pas seule­ment célébr­er les autres mais à me célébr­er moi même aus­si, à  m’ap­préci­er pour ce que je suis, je sais que j’ai une des­tiné que je dois absol­u­ment atteindre.
 
 Pro­duc­tive Woman sur youtube  : http://bit.ly/2sec44w
 
GLM : Quel est le livre qui a changé votre vie ?
 
Judith Bon­do : ”Quand la faveur tri­om­phe du passé” du pas­teur Esper­ance MBAKADI.
 
 
 
GLM : Que faites-vous à votre réveil pour mieux affron­ter la journée ?
 
Judith Bon­do : Quand j’ou­vre mes yeux dès le matin, je com­mence ma journée avec une prière de remer­ciement envers mon créa­teur car au com­mence­ment c’est Dieu, c’est de lui que découle mon exis­tence, je prends le temps de lui ren­dre grâce pour la vie car tant qu’il y a la vie, il y a l’e­spoir, l’e­spoir de chang­er le monde !
 
 
 
 
 

 
 

 Je veux qu’une femme prenne conscience de ce qu’elle est, le but n’est pas de se comparer à l’homme mais d’exprimer sans aucune peur nos potentialités !

Judith Bondo

 

 
 
GLM : Judith’s Home dans 5 ans ?
 
Judith Bon­do : Je ne manque pas d’am­bi­tion et j’aime beau­coup tra­vailler, déjà pour moi le tra­vail est quelque chose de noble et chaque per­son­ne doit trou­ver en elle la moti­va­tion néces­saire pour s’é­panouir dans ce qu’elle fait. Dans 5 ans Judith’s Home ne sera plus qu’une bou­tique en ligne mais aus­si une référence incon­testable de meilleurs mar­ques de pro­duits que l’on puis­sent avoir dans mon pays en créant plus d’emplois.
 
 
GLM : Quelle est votre plus grande réussite ?
 
Judith Bon­do : Il existe une cita­tion de Stein­beck que j’aime : ‘Main­tenant que vous n’avez plus besoin d’être par­fait, vous pou­vez être bien. Ma plus grande réus­site c’est de par­venir à être heureuse avec ce que je suis capa­ble de pro­duire. J’ai sim­ple­ment com­pris que mon bon­heur dépend de ma vie intérieure.
 
 
 
 
 
 
 
 

 Il m’a fallu sortir de ma zone de confort pour arriver à ce stade de ma vie qui m’a permis de ne pas seulement célébrer les autres mais à me célébrer moi même aussi, à  m’apprécier pour ce que je suis, je sais que j’ai une destiné que je dois absolument atteindre.  Judith Bondo

 
 
GLM : Quelle est votre plus grand échec ? Com­ment avez-vous fait pour vous relever ?
 
Judith Bon­do : Mon plus grand échec était celui d’être refusé pour un job qui me tenait à cœur parce que je ne par­lais pas anglais. Je ne me suis pas lais­sée abat­tre, je me suis relevée en met­tant en évi­dence mes poten­tial­ités ; et aujour­d’hui j’ap­prends cette langue.
 
GLM : Un  dernier mot à toutes les ladies ?
 
Judith Bon­do : Je veux qu’une femme prenne con­science de ce qu’elle est, le but n’est pas de se com­par­er à l’homme mais d’ex­primer sans aucune peur nos poten­tial­ités ! Nous avons plus de force et courage que nous ne le pen­sons alors reprenons le con­trôle de nos vies et ensem­ble impactons les générations !

DEO

No Comments Yet

Comments are closed