Élue Miss UCC 2108,Benita Tula  est étudiante en communication sociale. Ses débuts à la fac ne lui ont pas empêchés  de franchir les limites en postulant au concours de Miss. Derrière son sourire se cache une jeune femme intelligente, dynamique et déterminée à travailler pour le développement de sa communauté et elle n’est qu’à ses débuts,le meilleur reste à venir.

 
 
Go Ladies Mag­a­zine : Qui est Beni­ta Tula?

Beni­ta Tula :  Je suis une jeune femme de 18 ans .J’ai fait  mes études human­i­taires au lycée Motema Mpiko. Actuelle­ment, je suis étu­di­ante en pre­mière année en com­mu­ni­ca­tion sociale à l’U­ni­ver­sité Catholique Con­go, en plus d’être Miss UCC 2018 de l’édi­tion victoria.
GLM : Vous avait  été élue  Miss UCC 2018.Qu’’est-ce qui vous a poussé à postuler ?
 
Beni­ta  Tula : Eh bien,ce ne sont pas les raisons qui man­quent, toutes aus­si  logiques que folles. Mon désir de pos­tuler au con­cours Miss UCC était  ani­mé par le goût de l’aven­ture (folle idée) mais aus­si par l’e­sprit com­péti­tif ; une atti­tude à laque­lle j’ap­pelle les femmes à adopter en  plus d’être ali­men­té par la volon­té de devenir une référence dans le monde estu­di­antin et dans la communauté .
 
 

 

 
 Pen­dant mon man­dat, je sen­si­bilis­erai les femmes  à tra­vers des con­férences et autres activ­ités féminines, à pour­suiv­re et surtout réalis­er leurs
rêves car :“Si vous ne con­stru­isez pas vos pro­pres rêves, quelqu’un
d’autre vous embauchera pour con­stru­ire le sien” énon­cé par Tracy
Ntum­ba.  Benita

 

 
 
GLM : Com­ment définis­sez-vous une Femme Accomplie ?


Beni­ta Tula  : Lorsque nous voyons le qual­i­fi­catif de ces ter­mes nous pen­sons à la final­ité des choses. Hors, les faibles com­mence­ments ne doivent pas  être nég­ligés. Une femme Accom­plie est donc pour moi, une femme qui a pris con­science de sa per­son­ne en tant qu’être à part entière. C’est   celle qui a com­pris sa voca­tion et son rôle. C’est surtout celle qui conçoit des voies et moyens en étant dynamique et active pour par­ticiper à la pro­mo­tion de sa société.

 
GLM : Une Miss est néces­saire­ment élue pour sa beauté physique et intel­lectuelle. Au-delà de la couronne, que comptez-vous faire durant votre mandat ?
 
 
Beni­ta Tula: Au-delà de ma couronne, je compte inviter la Femme et surtout  l’é­tu­di­ante, cadre de demain, à se bat­tre pour ce qu’elle désire obtenir en respec­tant les principes moraux, civiques et spir­ituels de son milieu. Lorsque nous obtenons ce que nous désiri­ons, non seule­ment nous sommes sat­is­fait, mais nous nous retrou­vons con­fron­ter face à un dou­ble sen­ti­ment : celui de garder ce que nous avons acquis et celui de repouss­er de nou­velles lim­ites pour obtenir plus. Nos rêves n’ont aucune lim­ite, ils sont car­ac­térisés par une con­ti­nu­ité que même la mort ne peut interrompre.
 
 
GLM : Com­ment vous vous voyez dans 5 ans ?
 
 
Beni­ta Tula  : Dans 5 ans, Je me vois devenir un mod­èle de vie et une source de moti­va­tion pour la jeune femme et pourquoi pas mariée(rire).
Je me vois tra­vailler en col­lab­o­ra­tion avec de grandes per­son­nal­ités surtout féminines ain­si que des insti­tu­tions visant la sen­si­bil­i­sa­tion et la con­sci­en­ti­sa­tion de la femme con­go­laise qui œuvr­era dans la con­struc­tion d’un Con­go meilleur.
Vous vous deman­derez  sûre­ment pourquoi je tiens à tra­vailler en col­lab­o­ra­tion avec les autres et non créer une souche unique. C’est tout sim­ple­ment parce que j’ai observé qu’il y a suff­isam­ment d’in­sti­tu­tions d’é­d­u­ca­tion, entre­pre­neuri­at et j’en passe, qui pour­suiv­ent le même objec­tif, celui de pro­mou­voir la société
con­go­laise en util­isant la Femme comme actrice prin­ci­pal. Alors, faire appel à la sol­i­dar­ité fémi­nine serait le coup de grâce qui résoudra ce prob­lème. Après tout,n’est-il pas vrai que l’u­nion fait la force?

 
 
 

 
 
Une femme Accom­plie est donc pour moi, une femme qui a pris con­science de sa per­son­ne en tant qu’être à part entière. C’est   celle qui a com­pris sa voca­tion et son rôle. C’est surtout celle qui conçoit des voies et moyens en étant dynamique et active pour par­ticiper à la pro­mo­tion de sa société . Benita 

 
 
 
GLM : Quels sont vos principes de vie ?
 
Beni­ta :  Le principe de vie pre­mier selon la lec­ture de la nature que j’aieu à faire est l’in­tel­li­gence ; une intel­li­gence qui résous des prob­lèmes. Un Homme intel­li­gent  (j’in­siste sur le H majus­cule) est celui qui s’adapte à la sit­u­a­tion, cette adap­ta­tion lui per­me­t­tra de créer de l’équili­bre entre la jus­tice, l’in­tégrité, l’es­time de soi, la bon­té, l’hu­mil­ité et bien d’autres principes encore. Et c’est de part cet équili­bre qu’Il ren­dra le résul­tat de son tra­vail excel­lent par son tal­ent et ses atouts.
 
 
GLM : Quelles sont les per­son­nes qui vous inspirent le plus ? Pourquoi ?
 
Beni­ta :  Je ne suis pas inspirée que par des per­son­nes car sur cette terre,ce ne sont pas les sources d’in­spi­ra­tion qui man­quent. Si nous nous basons sur les humains, vous atten­drez que  je ne cite que des
per­son­nes célèbres, hors les receveurs, les vendeuses de marché, les four­mis et tout être qui lut­tent con­tre la mis­ère et la paresse sont une source d’in­spi­ra­tion pour moi.

 
 
GLM : Quelle analyse faites-vous de la jeunesse con­go­laise ? Com­ment comptez-vous con­tribuer à son développement ?
 
Beni­ta : La jeunesse con­go­laise ne prend pas con­science de son devoir envers son pays. Elle se focalise sur l’in­flu­ence occi­den­tale qu’elle con­fond à la mod­erni­sa­tion et ignore les prob­lèmes de la société en lais­sant la respon­s­abil­ité aux aînés qui vont bien­tôt nous quit­ter. Elle ne cherche pas à étudi­er le passé, à com­pren­dre le présent pour mieux pré­par­er l’avenir. Toute cette tragédie parce qu’elle manque de repères et de mod­èles de vie..
Je compte y remédi­er en sen­si­bil­isant et con­sci­en­ti­sant la jeunesse car tout ce que nous ten­tons de réalis­er com­mence par la tête. Si aujour­d’hui nous man­quons de mod­èle, l’his­toire Con­go­laise nous offre une grande quan­tité de références et exem­ples à suiv­re, nous évo­querons même nos ancêtres les plus loin­tains s’il le faut(rire).

 
 
 
  
« les receveurs, les vendeuses de marché, les four­mis et tout être qui lut­tent con­tre la mis­ère et la paresse sont  une source d’in­spi­ra­tion pour moi. » Benita
 
 
 
GLM : Quel est votre rêve le plus fou ? L’avez-vous déjà  réal­isé ?Si non, com­ment comptez-vous le réaliser ?

Beni­ta :  Mon rêve le plus fou ne sera révélé qu’une fois réal­isé car c’est à ce moment même qu’il trou­vera son sens. Il présente plusieurs aspects dont cer­tains ont déjà été réal­isé et d’autres non. Mais pour le reste je compte les réalis­er en gag­nant les com­bats quo­ti­di­ens, en prenant mes études au sérieux et en m’at­tachant à mon seul et unique Seigneur. Eh oui! Miss UCC est bel et bien une croyante.

 

SLB.
Copy­right mars 2018

DEO

No Comments Yet

Comments are closed