243Designer c’est le mariage entre la culture africaine et occidentale, une start-up  de mode dirigée par  Faida Tribunali,une jeune femme congolaise de 20 ans. Grâce à la vente  en ligne des vêtements classiques et décontractés , 243Designer promet dans le monde de la mode africaine.

 
 
 
 
Go Ladies Mag­a­zine : Vous êtes la fon­da­trice de 243Designer, une ligne de vête­ment qui asso­cie le pagne à des tenues mod­ernes. Qu’est-ce qui vous a  poussé à créer cette marque ? 
 
Fai­da Tri­bunali : . C’est avant tout la dimen­sion humaine de ce que cela représente 243 Design­er est née dans l’op­tique de solid­i­fi­er  la dias­po­ra à ses racines africaines,d’où la vente à  l’in­ter­na­tionale dès  le départ. 
On iden­ti­fie les peu­ples par leur langue,leur cui­sine mais aus­si leur accoutrement,nous voulions  égale­ment mon­tr­er aux jeunes qu’on peut porter du “African­Prints ” peu importe son style. Au-delà  de la qual­ité de nos pro­duits con­fec­tion­nés avec soin par des arti­sans exerçant depuis des longues années. 
 
 
GLM : Quelle est la par­tic­u­lar­ité de  243Designer ?
 
Fai­da Tibunali : Nous sommes la seule mar­que de vête­ments au pays à ma con­nais­sance qui livre à tra­vers le monde à moin­dre coups et en un temps record. C’est notre engage­ment social  qui est l’une de nos plus grande  fierté,la  fon­da­tion car­i­ta­tive 243Designer Lisun­gi à laque­lle nous ver­sons une grande par­tie de nos revenus. 
 
 
 

 
 

Dans 5 ans,je vois 243Designer  GRAND. Nous souhaitons être la plus grande mar­que du pays, d’Afrique et pourquoi pas à long terme du monde? (Rire), afin d’être une source d’in­spi­ra­tion pour tous les jeunes, plus pré­cisé­ment jeunes con­go­lais et africains qui hésite à se lancer tout en ayant des idées de génies. Fai­da Tribunali

 
 
 
GLM : Entre­pren­dre ce n’est pas facile et 243Designer tient le coup depuis deux ans main­tenant. Quelles sont les dif­fi­cultés aux­quelles vous avez fait face ? Com­ment vous les avez surmontés ?
 
Fai­da Tri­bunali : Les dif­fi­cultés sont légions! Ça va être dure de tout citer de peur d’en oubli­er d’autres  (rire). Plus sérieuse­ment, entre change­ment de taux de change ‚les délais postaux qui par­fois nous jouent des tours, des parte­naires qui ne rem­plis­sent pas leurs engage­ments, un manque de finance­ment qui est un tru­isme dans notre pays.
Mal­gré cela la clé de notre suc­cès au quo­ti­di­en est le fait que notre équipe est soudée et qu’elle partage la même vision. Grâce à Dieu, à tous ceux qui nous entourent, aux com­men­taires posi­tifs de nos clients, de nos parte­naires  et aux témoignages de dif­férents entre­pre­neurs nous sommes tous les jours un peu plus boostés.
 

On iden­ti­fie les peu­ples par leur langue,leur cui­sine mais aus­si leur accoutrement,nous voulions  égale­ment mon­tr­er aux jeunes qu’on peut porter du “African­Prints ” peut importe son style. 
Fai­da Tribunali

 
GLM : Com­ment définis­sez-vous une Femme Accomplie ?
 
Fai­da Tri­bunali : Je crois qu’une femme accom­plie, c’est avant tout une femme qui se con­naît, qui con­nait ses faib­less­es et ses forces, une femme qui sait ce qu’elle vaut indépen­dam­ment de ce que peu­vent penser les autres. C’est une femme qui se fixe des objec­tifs et qui tous les jours tra­vaille  pour les attein­dre. C’est une femme qui comme me l’a dit quelque’ un de cher, se bat pour réalis­er ses rêves en réal­isant ceux des autres, c’est une femme qui atteint ses objec­tifs en aidant les autres à attein­dre les leurs. 
 
GLM : Hormis la mode, avez-vous une autre passion ?
Fai­da Tri­bunali : J’en ai plein d’autre, mais voilà  un petit top trois : La lec­ture, la pho­togra­phie ain­si que le foot­ball, oui même  si je m’ab­stiens d’en pra­ti­quer (rire).
 
 
 

 

Je crois qu’une femme accom­plie, c’est avant tout une femme qui se con­naît, qui con­nait ses faib­less­es et ses forces, une femme qui sait ce qu’elle vaut indépen­dam­ment de ce que peu­vent penser les autres. C’est une femme qui se fixe des objec­tifs et qui tous les jours tra­vaille  pour les atteindre.c’est une femme qui atteint ses objec­tifs en aidant les autres à attein­dre les leurs.
Fai­da Tribunali.

 
 
GLM : 243Designer évolue bien, il y a un site, la vente online . Com­ment voyez- vous 243Designer dans 5 ans ?
 
Fai­da Tribu­lani :  En un mot GRAND. Nous souhaitons être la plus grande mar­que du pays, d’Afrique et pourquoi pas à long terme du monde? (Rire), afin d’être une source d’in­spi­ra­tion pour tous les jeunes ‚plus pré­cisé­ment jeunes con­go­lais et africains qui hési­tent de  se lancer tout en ayant des idées de génies.
 
 
GLM : Quelle image avez-vous de la jeune femme congolaise ?
 
Fai­da Tri­bunali : Une femme forte, une femme qui tous les jours prend con­science de sa valeur, des com­bats qui sont les siens, une femme courageuse.  Voilà pourquoi je suis heureuse de voir com­bi­en les jeunes filles entre­pre­neurs se lèvent  aujour­d’hui, ça fait réelle­ment plaisir. 
 
©copy­right novem­bre 2017

DEO

No Comments Yet

Comments are closed